FOUNDATION 10

Plus que 3 numéros et c’est la fin ! Dans ce dixième numéro, c’est notre voleuse Kasumi Goto qui est à l’honneur. Pour ceux qui ne connaissent pas le personnage c’est la voleuse que vous recrutez pour faire partie de votre équipage dans Mass Effect 2 dans la DLC Mémoire volée.

Kasumi attend avec impatience son partenaire Keiji alors qu'il revient d'une mission pour... l'Alliance, qui l'eût cru. Mais ce n'est pas le grand frisson de travailler pour les militaires alors Keiji propose un travail plus audacieux sur Beckenstein. Malheureusement, les choses tournent mal pour Keiji quand le propriétaire des lieux tombe sur lui dans le coffre-fort.

L'équipe artistique est toujours la même : Mac Walters, script, Tony Parker aux dessins, Michael Atiyeh pour les couleurs. Pour ceux qui ont fait le DLC, la trame n'est pas une surprise pour vous. On savait plus ou moins ce qu'il s'était passé mais ce numéro laisse tout de même pas mal de chose en suspens. Tony Parker a donné un air fascétieux à Keiji et un côté Bonnie&Clyde à ce couple de voleur. On voit la préparation du casse genre Ocean's eleven sauf qu'ils ne sont que deux ! Les doubles pages des vues extérieures sont toujours aussi impressionnantes, on sent bien que l'artiste a joué au DLC et a utilisé pas mal de références pour les dessiner. La dynamique du couple et leur relation est ce qui est mis en avant dans ce numéro. En revanche, il y a une grosse élipse et des incohérences qui me laissent perplexe.

 

Dire que ce numéro est un storyboard serait presque plus exact qu'une bande dessinée. J'ai rien contre, c'est toujours sympa à voir mais quand on vous promet une histoire c'est un peu décevant. Donc une lecture rapide avec peu de dialogues qui se résument à des répliques efficaces de film d'action. Il y a des élipses dans l'histoires. On voit Donovan Hock poignarder Keiji, lui prendre sa mémoire mais rien avant. Le type est un voleur hors pair qui arrive à repérer Kasumi en mode camouflage mais se fait poignarder dans le dos par un marchand d'arme et ne le voit pas venir... C'est un peu gros surtout que pendant ce temps Kasumi se débarrasse de trois gardes armés jusqu'aux dents. Mais soit, nous sommes dans une fiction. Quel est l'intérêt de nous raconter cette histoire si c'est pour voir Keiji et Kasumi roucouler. Toute l'histoire du vol qui se termine mal, Kasumi l'avait déjà raconté à Shepard. La seule histoire qui vaille le coup d'être racontée c'est : qu'y-a-t il dans la boite de Keiji de si dangereux qu'il faille la détruire ? D'un point de vue narratif, terminer par son arrivée dans l'appartement d'Illium pour retrouver Kasumi m'aurait plus intéressé mais that's life.

Encore une lecture rapide avec un goût amer. Je me demande comment l'équipe artistique fait pour ne pas s'endormir à chaque page. Je veux dire, Tony Parler n'est pas exempt de tout défaut mais il donne le maximum de lui-même avec ce qu'on lui donne, c'est-à-dire rien. Passez votre chemin, ce numéro ne vaut pas le coup de passer 10 minutes max de votre vie à lire Mass Effect  Foundation 10.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Rejoignez-nous sur vos réseaux sociaux favoris :

BioWare Addict est un fan site non affilié à Electronic Arts ni à ses marques associées.

Merci à Mizu pour la bannière du site et à Virak pour les chibis.