FOUNDATION #7

Nous arrivons à la moitié de la série Mass Effect foundation avec le septième numéro qui a pour personnage principal notre biotique psychotique préférée : Jack.

 

Si nous devions situer cet épisode, on pourrait dire qu’il commence au début du jeu Mass Effect 2. En effet, Jack part à la recherche de son passé, bien décidée à en savoir plus sur le Sujet zéro. Pour ça, elle fait ce qu’elle sait faire de mieux, elle attaque de front une infrastructure de Cerberus abritant de jeunes biotiques. L’Homme Trouble n’apprécie pas spécialement son intervention et envoie l’agent Rasa et Kai Leng pour arrêter Jack et la ramener vivante si possible… Malheureusement, Cerberus ne sont pas les seuls à suivre sa trace et les Soleils Bleus font leur apparition.

 

Exit Matt Clarck (première participation dans l’univers Mass Effect), le septième numéro accueille Gary Brown qui a déjà dessiné le Free Comic Book Day de 2013 consacré à Joker. Le dessin est très stylisé, assez sombre ce qui convient parfaitement au personnage et à action. Le style n’est pas facile, il n’y a pas d’explosion biotique partout mais quand il y en a, Gary Brown trouve le bon angle et la bonne manière de le raconter. Certes les personnages ne sont pas 100% ressemblant mais ce n’est pas ce qui importe. L’action et le graphisme colle bien ensemble, on sent que l’artiste a pris du plaisir à faire ce numéro. Aucun changement à l’écriture (et ce sera le cas jusqu’à la fin).

 

Le numéro n’est pas mauvais en lui-même. Il respecte bien la psyché du personnage de Jack et on sent combien l’Homme Trouble est machiavélique, mais pour moi ce numéro, tout comme Mass Effect Foundation dans son ensemble, ne va pas au-delà des jeux.

En gros, vous apprenez comment Jack s’est retrouvée dans la prison dans laquelle vous devez aller la chercher pour la recruter dans Mass Effect 2. Il aurait été plus intéressant de faire une mini série sur Jack qui part à la recherche de son identité que d’écrire un one-shot qui n’apporte strictement rien. On sait que ça l’obsède, on sait qu’elle frappe d’abord et cause ensuite… Alors pourquoi ? Donnez une bonne raison pour écrire cette histoire.

Deuxième élément qui commence sérieusement à me prendre la tête : Rasa et Kai Leng. C’est du Laurel et Hardy : « hé Kai, l’Homme Trouble nous a donné une mission, je sais pas trop ce que s’est ni pourquoi mais on y va quand même ». Meublons un peu pour cacher les trous dans le récit. Bon on a compris dès le deuxième numéro que l’Homme Trouble a toujours eu un œil sur Shepard et toutes les rencontres qu’il a faites ne sont pas toujours le fruit du hasard.

 

Les numéros se suivent et se ressemblent. Le comics se lit toujours aussi vite et le contenu est au mieux divertissant mais plat. Ce n’est pas mauvais mais insipide. Dommage car ce numéro aurait eu du potentiel notamment pour faire une mini série sur Jack ou encore faire une vraie série à propos de Cerberus et pas une succession de fan service avec des artistes aux styles si différents.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Rejoignez-nous sur vos réseaux sociaux favoris :

BioWare Addict est un fan site non affilié à Electronic Arts ni à ses marques associées.

Merci à Mizu pour la bannière du site et à Virak pour les chibis.