L'INTERVIEW DE OMAR FRANCIA

Le dessinateur des comics Mass Effect se livre à Mass Effect France

Salut Omar Francia, peux-tu te présenter rapidement aux fans français ?

Salut! Je suis Omar Francia, je suis dessinateur de comics et illustrateur. Dans le passé, j'ai travaillé sur plusieurs projets graphiques pour des scénaristes en Argentine, au Brésil et aux Etats-Unis, la plupart du temps sur des projets indépendants, des livres pour enfants, des romans, et même sur mes projets personnels.

Durant ces six dernières années, j'ai surtout travaillé sur des comics américains, sur des titres comme Star Wars, Mass Effect, Batman, et Arrow. Je dois souligner que j'ai travaillé un bon moment sur la série Mass Effect.

 

Comment as-tu démarré ta carrière ? Quelles sont tes références en matière de dessin ?

J'ai commencé ma carrière en étudiant, comme beaucoup de mes collègues. J'aime le média papier, j'ai éssayé d'être meilleur à chaque opportunité que j'ai eu, en faisant mes propres publications, ou en travaillant pour des clients occasionnels, des couvertures de magazines, des illustrations publicitaires. A mes débuts, une grande partie de mes travaux était de colorier pour d'autres artistes et des éditeurs locaux. L'illustration est venu plus tard, et puis j'ai pu réaliser mon rêve de faire du Comic Books mon métier.

J'ai eu énormément de références, comme beaucoup d'étudiants de mon temps, nous nous sommes attachés à un artiste en particulier que nous aimions. Pour moi, dans ces années-là, mon héros était mon professeur Ariel Olivetti, ses illustrations et ses travaux d'encrages m'ont renversé, mais il y a un large éventail d'artistes dans le milieu qui m'ont réellement inspiré à être meilleur, à approcher différentes manières de travailler, à comprendre les techniques, à aimer des styles plus variés...

A un moment donné je les aimais tous, de l'anime aux styles plus réalistes, je peux en nommer quelques uns, mais je vais sûrement en oublier énormément: Adam Hughes, Mike Mignola, Bruce Timm, Glen Keane, Alex Ross, Travis Charest, Kevin Knowlan, Simon Bisley , Jack Kirby, John Buscema, Alessandro Barbucci, Frank Frazzetta, Glenn Vilppu, et tant d'autres ...

Comment es-tu venu à dessiner des BD Mass Effect ? Avais-tu déjà joué aux jeux avant de les dessiner en comics ?

J'ai joué au premier jeu avant que le projet ne me soit proposé. Dark Horse m'a offert l'opportunité de réaliser un comics Mass Effect pour la première mini-série intitulée Rédemption.

Mon éditeur précédent, Randy Stradley, qui était en charge de la série Star Wars Legacy où j'ai commencé comme un artiste de remplissage , a proposé mon nom à Dave Marshall et à l'équipe Bioware en charge du projet, et ils m'ont contacté tout de suite. Nous travaillons ensemble depuis environ cinq ans. Ma première réaction a été un mélange de peur et d'excitation ! Dès lors, j'ai su que Mass Effect allait être un véritable défi, et j'ai du développer un rythme pour travailler avec énormément d'éléments fascinants de Sci-Fi.

 

Tu es connu pour tes travaux étonnants sur les comics Mass Effect et Star Wars. Es-tu passionné de SF dans la vie ?

Naturellement! J'aime le science fiction, et spécialement dans les films!

J'ai toute une collection d'objets en rapport avec la SF : des jouets, des livres, des livres d'art, mangas, animes, bandes dessinées et des films, beaucoup de films. J'étais déjà un GRAND fan avant d'imaginer que j'allais être celui qui aurait à créer toutes ces choses, des designs de véhicules, accessoires et armures, en tant que professionnel.

 

Qu'est-ce qui te fascine tant dans la bande dessinée et pourquoi as-tu choisi cette voie ?

Le dessin a toujours été ma passion, depuis tout petit j'ai toujours été fasciné par les comics. Je crois que j'ai choisi ce média comme carrière professionnelle parce que j'aime raconter des histoires où je peux m'impliquer réellement dans la création. C'est peut-être l'ambition d'être un réalisateur de cinéma et le designer artistique de mon propre film qui me pousse à tout faire par moi-même. Cela vient de mon enfance, quand j'étais convaincu que je voulais être cinéaste. Mais après quelques années d'études dans une école de cinéma, je manquais de moyens, et il est très couteux d'exercer une telle carrière dans mon pays (en Argentine), j'ai du choisir un autre milieu où je pouvais réaliser tout ce que j'avais imaginé dans mes rêves. C'est peut-être pourquoi je suis tellement obsédé à mettre sur pages autant de détails, et d'essayer de raconter l'histoire avec le dynamisme d'un film ... du moins j'essaie.

Dessiner un univers aussi vaste que Mass Effect est une lourde responsabilité, les fans sont très attentifs au respect des codes. Est-ce une difficulté ou une source de motivation ?

Comme je pense être moi-même un grand fan de Mass Effect, j'essaie de mettre tous mes efforts pour rendre l'univers du comics aussi exact et précis pour les fans ainsi que pour moi. J'essaie toujours de ne pas faire quelque chose que je n'aurais pas aimé voir en tant que lecteur. Et il est très motivant de chercher la façon de le faire le mieux possible. Le vaste univers de Mass Effect propose des tas de concepts prédéfinis, mais pour la bande dessinée, j'ai dû faire face au défi de concevoir de nombreux éléments en tenant compte des bases, et en essayant de les adapter à l'affût de l'univers de Mass Effect, c'était toujours quelque chose de génial à faire.

 

Quelles sont les techniques que tu utilises pour tes dessins ?

La technique que j'ai commencé à utiliser avec les comics Mass Effect est plus ou moins la même technique que j'utilise pour faire mes BD maintenant. Je fonde mon concept à séparer la matière organique de la non organique. Quand je fais de la science-fiction, ou tout autre histoire avec la nécessité d'utiliser des machines, des véhicules, des arrière-plans détaillés, ou différents types d'armures et d'armes, j'utilise chaque éléments de la page pour rendre le visuel aussi incroyable que possible, et je n'aime pas omettre les détails ni partir sur une conception trop compliquée, car je dois déplacer un objet de bien des façons, ou dessiner des poses différentes, ou des points de vue. Je veux que les dessins soient superbes. Je choisis donc de modéliser mes conceptions en 3D, en appliquant une technique qui me permet de mélanger les objets rendus avec le dessin organique tous ensemble sur la page, en plus d'une étape d'encrage final.

Je trouve vraiment intéressant de modéliser certains de mes personnages en 3D, quand c'est vraiment nécessaire, c'est encore en test, mais le potentiel de dessiner de cette façon est presque infini. Le problème avec ces technologies est d'essayer de perfectionner la technique en gardant à l'esprit que l'objectif fort de l'ensemble du processus est de raconter une histoire, et pas seulement un show-room de nos plus jolis modèles.

Mon résultat final peut presque être vu sur une page de bande dessinée traditionnelle, car mes originaux ne sont pas totalement des oeuvres numériques.

À ton avis, pourrait-on un jour dessiner le commandant Shepard dans un comics ? Sachant que chaque joueur l'a personnalisé...

Je pense que l'approche de Bioware de ne pas avoir défini un Shepard dans les comics est une bonne chose. Une des raisons est celle que tu as mentionné dans la question : tous les joueurs ont personnalisé "leurs Shepards", de sorte qu'il devient la légende dont parlent les personnages lorsqu'ils le nomment, lui ou elle, dans une bande dessinée. Et l'autre raison, c'est que de cette façon, ils peuvent étendre l'univers de Mass Effect sans être attaché à un personnage en particulier, de cette façon ils peuvent raconter toutes les histoires qu'ils veulent, à propos de n'importe quel personnage, sans se poser eux-mêmes la question de ce que Shepard faisait lors de ces récits. Aucun titre n'est vraiment lié à Shepard autrement qu'en tant que protagoniste. En tant que lecteurs, nous suivons une histoire de l'univers Mass Effect, et pas les aventures du commandant Shepard.

Les possibilités sont tellement vastes que nous pouvons avoir beaucoup d'histoires à lire pendant une longue période, peu importe le sort de Shepard.

 

Que pense-tu de l'avenir de la série ? Peut-on imaginer que Mass Effect puisse avoir son propre «univers étendu» comme Star Wars ?

Cela existe déjà, petit à petit, avec la construction de l'univers à travers la bande dessinée, nous connaissons déjà une partie de l'histoire de l'Homme Trouble, de l'invasion sur Omega liée à Mass Effect 3, ce qui s'est passé entre la mort de Shepard et le début de l'aventure sur Mass Effect 2.

Nous avons même raconté des histoires avec des personnages secondaires et en avons imaginé d'autres au sein même de l'univers Mass Effect, comme Blasto par exemple. Si cela continue et conserve un tel succès, l'univers va s'étendre dans le présent, le passé et l'avenir, j'en suis sûr et certain.

Pense-tu que la nouvelle série Mass Effect Foundation puisse attirer de nouveaux lecteurs qui n'ont jamais joué aux jeux ?

Les séries sont toujours bonnes pour n'importe quel lecteur, mais il est difficile de séparer ces deux éléments, lorsque l'origine est quelque chose d'aussi fort qu'un des jeux vidéo les plus aimés de tous les temps...

Si de nouveaux lecteurs aiment cette série, ils devraient jouer aux jeux, au moins par curiosité, et je sais que quand vous êtes plongé dans l'histoire, c'est vraiment difficile de s'arrêter de jouer. Donc joueurs et lecteurs peuvent être les mêmes, tôt ou tard.

 

Quels sont tes futurs projets ?

En ce moment, mon travail sur cette série (Mass Effect Foundation) n'est que sur le premier album, le tout premier uniquement. Et je ne peux pas vraiment en dire plus sur l'histoire, désolé.

 

Mes projets en tant qu'artiste, sont de continuer ma carrière en essayant toujours d'être meilleur pour les lecteurs, ainsi que pour moi-même. Je me suis essayé aux super-héros récemment, et j'ai vraiment adoré! J'espère avoir la chance de continuer à suivre sur cette voie. Les comics resteront toujours ma passion.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Rejoignez-nous sur vos réseaux sociaux favoris :

BioWare Addict est un fan site non affilié à Electronic Arts ni à ses marques associées.

Merci à Mizu pour la bannière du site et à Virak pour les chibis.